Acephale Acephale

La Flor

Argentina- 2018 – 868′ (4 parts)

A decade in the making, Mariano Llinás’s La Flor is an unrepeatable labor of love and madness that redefines the concept of binge viewing. The director himself shows up at the start to preview the six episodes that await, each starring the same four remarkable actresses: Elisa Carricajo, Valeria Correa, Pilar Gamboa, and Laura Paredes. Overflowing with nested subplots and whiplash digressions, La Flor shape-shifts from a B-movie to a musical to a spy thriller to a category-defying metafiction—all of them without endings—to a remake of a very well-known French classic and, finally, to an enigmatic period piece that lacks a beginning (granted, all notions of beginnings and endings become fuzzy after 14 hours). An adventure in scale and duration, La Flor is a wildly entertaining exploration of the possibilities of fiction that lands somewhere close to its outer limits.

 

« La Flor » cambriole le cinéma en six épisodes.
Chaque épisode correspond à un genre cinématographique.
Le premier est une série B, comme les Américains avaient l’habitude d’en faire.
Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère.
Le troisième est un film d’espionnage.
Le quatrième est une mise en abîme du cinéma.
Le cinquième revisite un vieux film français.
Le sixième parle de femmes captives au 19e siècle.
Mon tout forme « La Flor ».
Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes.

D’un épisode à l’autre, « La Flor » change radicalement d’univers, et chaque actrice passe d’un monde à l’autre, d’une fiction à un autre, d’un emploi à un autre, comme dans un bal masqué.
Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu’au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l’histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

 

  • Director /Réalisateur

Mariano Llinás

  • Festivals

Toronto,  New York, Locarno

  • Quotes/Critques

Avec ce film-monstre de quatorze heures, Mariano Llinas invite à un tourbillon d’images et d’émotions. – Le monde

Slant

  • Stills / Images

Share Project :